Shining

shinning

Après Ça il est temps d’évoquer un autre classique du film d’horreur d’après les écrits de Stephen King : The Shining.

Shining commence alors que Jack Torrance (incarné de manière glaciale par Jack Nicholson), un ancien professeur aspirant à devenir écrivain, est reçu pour un entretien afin de devenir le gardien d’hiver de Overlook, un immense hôtel isolé dans les montagnes, qui est totalement vidé de ses occupants et coupé du monde chaque hiver. Et le directeur de l’hôtel prévient Jack Torrance que le précédent gardien a sombré dans la folie et a massacré sa femme et ses filles jumelles avec une hache avant de se suicider (voilà qui donne déjà envie d’avoir le job). Jack n’en est pas moins partant car en réalité, il veut profiter de la solitude hivernale pour enfin écrire son livre, raison pour laquelle il accepte. Bien avant d’arriver sur les lieux, le fils de Jack, Danny, commence à avoir des visions d’événements sanglants qui le mettent en garde d’un probable danger.

La famille arrive le jour de la clôture de l’hôtel et le directeur fait visiter le domaine au couple, domaine avec évidemment le palace mais également un immense terrain et notamment un labyrinthe végétal (qui aura son importance dans la suite de l’histoire). Le petit Danny a l’apparition des jumelles mortes alors qu’il joue dans l’hôtel. Il arrive également à communiquer avec le cuisinier par télépathie, celui-ci lui expliquant de ne pas approcher la chambre 237 qui était celle de la famille du précédent gardien. Le cuisinier explique au petit qu’ils ont tous les deux un don de télépathe appelé le « shining ».

C’est l’heure du départ, l’hôtel se vide, et la femme, le mari et l’enfant se retrouvent seuls dans ce grand hôtel. Jack trouve l’inspiration et commence son roman. Le téléphone sera coupé par la neige peu de temps après leur arrivée, et comme on l’imagine, tout ne va pas se passer comme prévu quand Jack va devenir fou avec l’envie de tuer tout le monde…

shinning

Shining est l’un des chefs d’oeuvre de l’horreur, réalisé par le maître Stanley Kubrick en 1980 avec Jack Nicholson, Shelley Duvall et Danny Lloyd dans les rôles principaux.

Stephen King qui est l’auteur bien connu du roman dont le film est l’adaptation, est encore aujourd’hui mitigé au sujet du film, affirmant à la fois qu’en tant que spectateur il adore le film de Kubrick (qui a co-écrit le scénario avec la romancière Diane Johnson) et détestant le scénario. Pour King cette histoire trahit celle de son livre en éludant les principaux thèmes qu’il abordait comme la désintégration de la famille ou encore l’alcoolisme de son personnage principal, il en est resté extrêmement mécontent. Le livre est chaud et se termine avec le feu, autant que le film est glacial et malsain se termine dans le froid de l’hiver et la glace. Dans le roman, Jack veut devenir bon mais il glisse peu à peu dans la folie due à l’isolement et l’alcool, alors que dans le film il est fou dés le départ. C’est pour cette raison que Stephen King refusa d’apparaître au générique du film : pour lui, l’esprit du livre étant qu’un bon père peut se transformer en monstre à cause de l’alcool. Si le sujet lui tient particulièrement à cœur c’est que le livre est en partie autobiographique…

L’idée de Kubrick est de réalisé un film d’horreur sans évoquer le diable, la référence absolue du film d’horreur dans les années 70 étant L’Exorciste. Au départ c’est un autre roman que Kubrick veut adapter, mais il se tourne vers The Shining alors que son précédent film a été un flop au box office et que Warner Bros. préfère miser sur un écrivain connu (King en l’occurrence). Kubrick et sa scénariste vont profondément changer le livre pour en faire un mélange de psychanalyse dans la relation entre les différents membres de la famille, de schizophrénie (thème adoré par le réalisateur), de gothique avec l’intervention de phénomènes surnaturels.

Je n’ai pas lu le livre de Stephen King donc loin de moi l’idée de comparer (mais je peux comprendre qu’il n’ait pas apprécié qu’on dénature une oeuvre si personnelle pour lui). J’ai découvert le film de Kubrick un peu trop jeune surement et Jack Nicholson m’avait terrifié. Il est toute l’incarnation du film et c’est grâce à lui sûrement s’il est aussi implacable et réussi. Vous aimez ce film ? Venez en parler dans les commentaires, et ajoutez-le à votre playlist pour Halloween.

Bande annonce – The Shining

  • tang
    menelik
    Publicité chocolats Treets
    Gâteau Yes des années 80

  • Widget not in any sidebars
    Loading Facebook Comments ...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Merci de compléter le CAPTCHA. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    ↓