Bioman

bioman

Parmi les programmes cultes de la télévision, je souhaiterai vous évoquer Bioman. Qui se souvient des cinq héros en collants, qui faisaient les beaux jours de Canal + en 1985, avant de connaître un succès considérable sur TF1, via le Club Dorothée dès 1987 ?

Cette série japonaise sentaï, réalisée par Toei Animation et diffusée dans ce pays en 1984, comportait 51 épisodes sur une saison. Elle y dévoilait l’histoire d’un robot extraterrestre prénommé Peebolo, qui a débarqué sur Terre il y a 100 ans, afin d’éviter une horrible guerre. À notre ère, il fut réveillé pour la même raison, puis dotait cinq personnes de pouvoirs magiques, en Bioman. Ils devaient alors arrêter les plans machiavéliques du Docteur Mad. Pour ce faire, ils étaient munis d’armes spécifiques, de véhicules et de robots géants.

Quand je me remémore cette série, j’ai une tendresse particulière. Et pour cause : c’est la première série japonaise, que j’ai vue de ma vie. Et rien que pour ça, c’est sentimental !

Techniquement parlant, son schéma narratif est répétitif. À chaque épisode, on y voyait les jeunes gens vivre leurs vies, avant de se muter en Bioman, afin de contrer l’attaque d’un monstre et de ses sbires, envoyés par le docteur. L’être démoniaque revenait en mode géant, puis se faisait détruire par l’immense robot de nos cinq héros. En guise d’épilogue, il y avait une petite morale, suivie généralement d’une bonne rigolade.

bioman-serie-tele

Lors de son visionnage en DVD, je me demande pourquoi cette série fut diffusée chez nous à une heure de grande écoute et qu’elle ciblait en conséquence la jeunesse, alors que l’on voyait le premier Bioman jaune se faire tuer, ce qui pouvait en choquer certains ! À part ça, je trouve qu’elle avait un côté lyrique assez théâtral, surtout lorsque le Docteur Mad retrouvait son fils. J’en verserai presque ma larme. Snif, snif.

Les effets spéciaux étaient plutôt bien faits pour l’époque, et ce, même si cette série avait un petit budget.

Sinon, c’est l’un des rares programmes ayant plusieurs génériques français, sortis en vinyles singles à l’époque, ce qui est très rare pour être souligné. On avait donc le choix entre celui de Michel Barouille pour Canal + et celui de Bernard Minet pour TF1.

La série Bioman tenait son succès phénoménal aussi bien à son identification (force rouge, force bleue, force verte, force jaune et force rose), qu’à ses sujets novateurs pour l’époque (la relation homme-technologie), démontrant aussi que les femmes pouvaient être fortes, faisant d’elles des personnages principaux, tout en les mettant sur le même pied d’égalité que leurs collègues masculins (comparé aux séries américaines de cette période où celles-ci étaient toujours les faire-valoir, voire toujours celles qu’ils fallait sauver). Elle révélait également des valeurs morales telles que le bien, l’amitié, la justice et le sens de la responsabilité. Et c’est sans doute en grande partie pour ces raisons que la série restera à jamais mythique !

À noter que les sentaïs suivants comme Maskman et Liveman, furent étiquetés Bioman 2 et 3, alors qu’ils n’avaient aucun rapport entre eux. Merci AB (rires) !

Et vous, quels souvenirs gardez-vous de Bioman ?

Générique – Bioman (chanté par Bernard Minet)

Merci à RémyR pour ce souvenir.

  • menelik
    yes
    tang
    Publicité chocolats Treets
  • Publicité chocolats Treets
    tang
    menelik
    yes
  • Loading Facebook Comments ...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Merci de compléter le CAPTCHA. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    ↓