Dirty Dancing

dirty-dancing-film

Aujourd’hui je m’attaque au Must, « The » film ! Oui oui vous lisez bien, il s’agit de Dirty dancing !!!

Pas besoin de vous préciser que je suis une fan in-con-di-tion-nelle ! Ce film a bercé mon enfance, j’ai la (petite) trentaine et ce « blockbuster » m’a fait aimer plus que jamais la danse comme bon nombre d’entre vous j’imagine… Mais aussi le (mythique) déhanché de l’acteur principal Patrick Swayze dont je suis une très grande admiratrice (groupie) comme le confirme mon article sur Ghost . Qui ne l’a pas vu au moins une bonne dizaine de fois, juste pour voir Johnny sauter de l’estrade hein ?! Pas moi, vu que j’ai au moins dû baver quelques centaines de fois devant… Qu’on ose me jeter la première pierre, si l’une ou l’un d’entre vous, n’a jamais rêvé (secrètement) de bouger son « body » de cette manière là ?

Le film nous a marqué et a touché plusieurs générations, aussi bien les femmes (surtout) que les hommes. Alors  c’est donc sans sourciller (ou presque) que chéri m’a fait l’honneur de le regarder avec moi, pour la énième fois.

Avant de s’attaquer au déroulement de l’histoire, voici quelques petites choses essentielles à retenir de ce film culte :

Dirty Dancing est sorti en 1987. Eleanor Bergstein, la scénariste a mis dix bonnes années avant que le film puisse voir le jour grâce au producteur Émile Ardolino. En effet, les studios aimaient sa bande originale mais détestaient l’histoire (sacrilège !). À sa sortie en salles, le film devait être seulement projeté une semaine. Heureusement pour nous, il fut un succès immédiat obligeant les studios à changer leur programme.

Pour les rôles principaux :
La pétillante Jennifer Grey jouant le rôle de Frédérique, dit « BB ». L’actrice très peu connue à l’époque a dû convaincre lors du casting, en jouant une jeune fille de 17 ans, alors qu’elle en avait 27 !
Comme je vous le disais plus haut, pour le rôle masculin de Johnny Castle : Patrick Swayze. Quelques films à son actif : Outsiders, Youngblood ou la série Nord et Sud en 1985, mais aucun grand succès. Grâce à ses années de danse, qui mieux que lui pour jouer ce rôle ? Ben, Val Kimer pardis ! Mais Val a été sympa et à décliner l’offre. Je sais pas pourquoi, mais je ne l’imagine pas trop sur du rock acrobatique je le préfère dans son avion de chasse. En plus d’y jouer le rôle principal, Patrick a écrit et interprété She’s like the wind, une des plus belles chansons du film. Je vous laisse apprécier…

Décidément il avait plus d’une corde à son arc ce patoche. A tel point qu’il mériterait une place d’honneur dans notre blog. Je publierai d’ailleurs prochainement un article sur sa biographie…

Mais revenons à nos moutons. L’histoire se déroule pendant l’été 1963. La famille Houseman : le père, un brillant médecin accompagné de sa femme et ses deux filles Lisa et BB, arrivent sur leur lieu de vacances. Ils sont accueillis par le directeur de l’établissement Max Kellerman, qui se trouve être un des patients de Mr Houseman. Lors de la première soirée, BB et sa famille se mettent dans l’ambiance avec des cours de danse, où Johnny, le professeur, fait son entrée avec sa jolie partenaire Penny.

Dès le deuxième jour BB se retrouve dans une soirée privée entre le personnel du luxueux établissement. Là, elle apprend que Johnny qui ne l’avait pas laissé de marbre la première fois (tu m’étonnes) et Penny, sont seulement amis. Mais lorsque cette dernière révèle qu’elle est enceinte et qu’elle ne pourra pas danser, la naïve BB se propose de la remplacer au pied levé…

« Ça c’est mon espace de danse et ça c’est ton espace de danse. Tu n’envahis pas mon espace, je n’envahis pas ton espace ».

dirty-dancing-danse-a-3

S’ensuit plusieurs jours d’entraînements acharnés. Johnny en perdra quelques fois sa patience avant de s’attacher à ce petit bout de femme. Et ce qui devait arriver arriva, ils finirent par tomber amoureux malgré la réticence du père de BB voyant d’un mauvais œil cette relation. Et comme si cela ne suffisait pas, notre séduisant Johnny se retrouva même injustement accusé de vol par le directeur et fut viré sur le champ sans le moindre ménagement.

Et c’est alors qu’on pensait cette jolie love story terminée qu’un ultime rebondissement se produisit. En effet, loin de se laisser abattre, notre fringuant danseur finit par débarquer un beau soir (vêtu de son plus beau perfecto cuir) en interrompant le dernier spectacle de la saison.

D’un désormais célèbre « On ne laisse pas BB dans un coin », il invite alors sa cavalière à le suivre sur la scène.

Place à la danse finale, celle pour laquelle ils avaient si durement répétés. Mon passage préféré évidement ; avec en fond sonore le mythique « Time of my life ». Un moment de grâce durant lequel nos deux danseurs exécutent leur chorégraphie à la perfection en réussissant même le fameux porté.. Séquence émotion où le temps s’arrête, les poils s’hérissent et toute la magie du film prend forme…  

C’est sur cette scène mythique que l’histoire s’achève, non sans une petite larme à l’œil…

Pour allez encore plus loin…

Qui peut croire que sur le plateau de tournage ces deux là, ne s’entendaient pas et avaient vraiment beaucoup de mal à se supporter. Ils s’étaient déjà croisés auparavant sur le tournage de L’Aube Rouge et ils n’avaient guère accroché.
D’un côté Patrick, un bosseur acharné et un danseur hors pair, de l’autre Jennifer avec moins d’expérience et plus de légèreté.
Des scènes mythiques, comme celle où Johnny effleure BB sur le flanc et que celle-ci se tord de rire… Cette séquence n’était pas prévue. Patrick était réellement agacé par sa partenaire qui avait un mal fou à se concentrer. Elle fut toutefois conservée au montage..

Sans oublier les dures répétitions dans une eau glacée pour travailler le porté final. Les acteurs en avaient les lèvres bleutées pendant la prise.

Pas besoin de préciser que ce film rentre dans le top 5 des films cultes des années 80 !

Et enfin pour tous ceux qui seraient nostalgiques sachez que le Mountain Lake Resort (le village vacances en Virginie où a eu lieu le tournage) organise des week-ends plusieurs fois par an. Cours de danse « Dirty », dîné dans le restaurant du tournage et projection du film sont au programme !
Alors un conseil, si vous êtes vraiment fan, que vous n’avez pas peur de l’avion, et que vous venez de gagner au Loto, ce voyage est fait pour vous !
Même si, comme dirait BB : « Tu n’as pas besoin de courir le monde après ton destin, comme un cheval sauvage ! »

Et pour être vraiment au top dans votre interprétation, les costumes de BB et Johnny, sont en vente ici et là ! Pour les fans ultimes, d’autres produits dérivés sont disponibles ici !

Bon baiser de Virginie les amis !

Et vous quels souvenirs gardez-vous du film Dirty Dancing ?

Merci à Stéphanie pour ce fantastique souvenir cinématographique.

  • Publicité chocolats Treets
    Gâteau Yes des années 80
    menelik
    tang

  • Widget not in any sidebars
    Loading Facebook Comments ...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Merci de compléter le CAPTCHA. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    ↓