Barb Wire

barb-wire

Suite au raz de marée du film « The Mask », la société d’édition « Dark Horse Comics », lançait un de ses autres personnages phares au cinéma :  « Barb Wire ». Ce récit de David Hogan, ayant en vedette Pamela Anderson, était devenu culte en 1996 ! Rappelez-vous…

L’histoire contait celle de Barbara Kopetski, surnommée « Barb Wire », qui vivait en 2017 à Steel Harbor, dans le congrès américain. Ce dernier étant devenu une dictature, elle y tenait un bar, considéré comme un haut lieu de la résistance et de la paix. Un jour, elle a une mission de la plus haute importance : aider une biologiste à passer la frontière canadienne, afin de sauver l’humanité.

Si pour de nombreuses personnes, cette adaptation de bande dessinée fut considérée comme un échec au box-office, avec 3 millions de dollars récoltés pour un budget de 9 millions et qu’elle est devenue un sujet à débattre, d’autres l’ont adulée dès sa sortie.

Personnellement, je vous rappelle, que ce n’est pas parce qu’un produit culturel marche, qu’il est bon et inversement, qu’il a subi un revers, que c’est mauvais ! Dans ce cas, je cite : « Barb Wire » !

Et pour causes : lorsque je revois ce film pour cette analyse je l’apprécie toujours autant à l’heure actuelle.
C’est vrai, que de par son histoire et son esthétique apocalyptique, ça me fait penser à « Terminator 2 » (1991), mais aussi à « Demolition Man » (1994), car ce sont également les méchants qui plongeaient le monde dans un futur chaotique !

Quand on y voit les tortures d’individus, ainsi que la troupe qui entourait le grand antagoniste et le costume de ce dernier, ça évoque immédiatement Hitler et la période de la seconde guerre mondiale ! Normal, la domination barbare du congrès américain sur l’humanité était au rendez-vous !

Autre fait marquant du film, c’est qu’il est doté de nombreuses références cinématographiques, comme en témoigne la scène d’ouverture où Pamela dansait, qui rappelle immédiatement celle du film « Flashdance » (1983), sans oublier quand elle sauve une jeune femme avec un grappin, qui nous  fait penser à « Batman » de Tim Burton en 1989. Egalement lorsqu’elle prend un bain, ça m’évoque « Sept ans de réflexions » avec Marilyn Monroe (1955), dont le comportement du personnage était d’ailleurs un peu similaire. J’y ajouterais la scène quand elle se change à la vue du policier, qui me fait penser à « 9 Semaines ½ », voire « Basic Instinct » de par la tension, que cette scène véhiculait. Certains y ont vus aussi « Casablanca » concernant la fin du film et de mon côté je voyais une référence à « Star Wars », à la vue de la scène du gros méchant dans la décharge. Celle de la bagarre entre les deux protagonistes sur la g rue peut-être considérée comme un clin d’œil à « True Lies ». Dites-moi, ce que vous en pensez ?

Barb-Wire-pamela

Sinon, le coté psychologique de « Barb Wire », me fait trop penser à celui du célèbre personnage « Catwoman » de l’univers de « Batman », dont j’en ressens largement l’influence, sans oublier l’aspect un peu « Barbarella », qui lui est octroyé. Et pour causes : elle est une femme forte, qui tient son bar, mais pour survivre, doit sauver des gens, se prostituer, tout en fermant les yeux sur les divers trafics, qui se tenaient dans son lieu de travail. Cela lui posait donc un véritable cas de conscience et par ce biais, nous avons un anti-héros qui doit soit faire le bien, soit le mal, mais qui pensait d’abord à ses intérêts personnels, avant d’évoluer, en raisonnant pour le bien de l’humanité via le sauvetage qu’elle fera pour Cora D.  Ce dilemme est aussi valable avec le chef de la police corrompu, qui faisait des arrestations, mais qui finit par se ranger de son côté.

De plus, le film abordait des questions existentielles sur l’attitude que l’on a durant la guerre, mais aussi celle de la désolation, du patriotisme, des divers trafics en ces temps obscurs, de la bêtise humaine durant la destruction, des intérêts personnels, de l’esprit fraternel, ainsi que de l’humanité avant tout…

Globalement, je ne comprendrais jamais l’acharnement, que les gens ont contre ce film, car il est loin d’être aussi mauvais, de ce qu’en disaient les critiques à l’époque ! Pour moi, Pamela Anderson jouait très bien son rôle et ça lui allait comme un gant ! N’oublions pas, que les héros de bandes dessinées portés à l’écran, ont aussi connus de grandes déceptions commerciales, lorsqu’ils furent adaptés au cinéma, comme ça été le cas à partir de l’année 1996 avec « Spawn », « Steel » ou encore « Batman & Robin » et qu’il s’agissait non pas d’un manque de promotion, mais peut-être d’un effet de mode passé depuis quelques mois, ainsi que la popularité du personnage, qui disons le ouvertement, aide à remplir les salles obscures ? Le débat est ouvert…

Il est cependant intolérable de mon point de vue, qu’avant l’arrivée d’internet, la critique populaire était plutôt positive sur le film « Barb Wire » mais dès lors que les sites spécialisés dans le cinéma, ainsi que Wikipédia ont émis des critiques négatives sur celui-ci, il soit véritablement laminé en place public, sous prétexte qu’il s’agissait d’un film avec Pamela Anderson. Pour preuve, il suffit juste de voir les innombrables références et thèmes qu’il développe, pour se rendre compte, que c’est un excellent blockbuster !

Et vous, quels souvenirs gardez-vous du film « Barb Wire » ?

Bande annonce – Barb Wire

Merci à RémyR pour ce souvenir.

  • Gâteau Yes des années 80
    Publicité chocolats Treets
    menelik
    tang

  • Widget not in any sidebars
    Loading Facebook Comments ...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Merci de compléter le CAPTCHA. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    ↓