Le Juste Prix

le juste prix risoli

Vous avez la petite musique du générique en tête c’est bon ? Non parce qu’après le Bigdil, Intervilles, Nulle part ailleurs, il est temps de s’attaquer à une autre émission culte du PAF : Le Juste Prix ! Je vais très peu m’intéresser à la reprise de l’émission par Vincent Lagaf’, tout simplement parce que je ne la regardais pas. Je vais donc me centrer sur la période 1992-2001 (!) où l’émission était animée par Philippe Risoli, et son fameux lancer de micro. Précisons que l’émission est l’adaptation d’un concept américain « The Price is right » des années 70.

Philippe Risoli n’est pas le premier animateur de l’émission – même si c’est le seul dont je me souvienne, étant trop jeune pour l’avoir regardé avant. L’émission existe sur TF1 depuis 1987 et a été présentée tout à tour par Max Meynier, Éric Galliano, et Patrick Roy. En 2001, TF1 l’arrête (elle est alors diffusée le midi) au profit d’une autre célèbre émission en devenir : « Attention à la Marche ! ». Le Juste Prix est alors sauvé de justesse par le service public, change de forme et devient « Le Juste Euro » avec Patrice Laffont. Si vous ne vous rappelez plus de cette mouture c’est normal, les audiences de l’émission ont été catastrophiques et elle n’a durée que… 20 jours ! Et puis à partir de 2009 c’est désormais la mode de ressusciter les anciens jeux (avec « Une Famille en Or ») : l’émission revient en access prime-time… à 19h quoi et animée par Vincent Lagaf’. Comme je l’ai précisé je n’ai du regarder que une ou deux émissions : je ne retrouvais pas la folie de Lagaf’ dans un jeu un peu trop cadré, et le jeu en lui-même paraissait assez froid. Avec les années il paraît que l’émission s’est de plus en plus rapprochée du Bigdil…

Le juste prix

Je vais à présent vous parler un peu des règles de l’émission et de mes séquences cultes. Notez toutefois qu’il s’agit des règles telles que je m’en souviens – à l’époque de Risoli donc. Le Juste Prix consiste (comme l’indique son titre) à évaluer correctement le prix de divers biens de consommation et se déroule en plusieurs étapes aux gains croissants. Le jeu commence par l’estimation du prix d’un premier cadeau de sélection présenté aux quatre candidats, chacun donne un prix et le plus proche (sans le dépasser) remporte le lot et rejoint Philippe Risoli pour participer à un jeu au cours duquel il va tenter de gagner d’autres cadeaux ou des sommes d’argent. Je me souviens à une époque d’un plateau débordant de cadeaux, sorte de caverne d’Ali Baba. Contrairement aux autres jeux qui offrent des gains en argent, celui-ci avait toute l’originalité d’offrir des objets, c’était du concret on voyait la valeur des choses, ça donnait un côté fun et ludique à l’émission qui était très agréable. Surtout que les gains allaient crescendo : sélection, puis épreuve – et puis peu importe que le candidat la gagne ou la perde puisqu’il était automatiquement qualifié pour la dernière manche et tourner la fameuse roue. L’épreuve de la roue est la plus célèbre de l’émission, elle existe dans toutes les versions du jeu et vient la clôturer. Tous les candidats sélectionnés pendant l’émission viennent la tourner, tour à tour. La difficulté étant de jauger son lancer tout en ayant repéré à peu près la place des nombres afin de faire le plus haut, sans dépasser 100 ! Ensuite le candidat gagnant est amené à estimer le prix global d’une vitrine remplie de cadeaux. Pour vous donner une idée des cadeaux, la vitrine reproduisait par exemple le contenu d’un salon ou d’une chambre avec à gagner console de jeu, écran géant, canapé, lit… jusqu’à la voiture ou le voyage. Une vraie orgie donc pour un candidat, qui avait peut-être déjà remporté plusieurs cadeaux dans les jeux précédents !

Le juste prix

De très nombreux jeux se sont succédé dans Le Juste Prix, autant d’épreuves pour les candidats. Citons : Le coup de poing, la main dans le sac, Le Tyrolien, le joker ou encore le Grand Prix. Chaque jeu tournait autour de l’estimation du prix de biens de consommation. Je me souviens particulièrement de candidats laissant exploser leur joie, se roulant par terre ou sautant dans les bras de Risoli. Il y avait aussi les jolies assistantes qui étaient là pour mettre en valeur les produits (ahem).

Et vous, quels sont vos souvenirs du Juste Prix ?

  • menelik
    Publicité chocolats Treets
    tang
    Gâteau Yes des années 80
  • Publicité chocolats Treets
    menelik
    Gâteau Yes des années 80
    tang
  • Loading Facebook Comments ...

    Pas de réponses

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Merci de compléter le CAPTCHA. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    ↓