Marion Duval

marion duval annees 90

Dans les années 90, tous les abonnés au magazine Astrapi (Bayard) ont parcouru les cases de Marion Duval, une bande dessinée crée par Yvan Pommaux, découpée en cinq parties qui nous tenait en haleine avec des sacrés fins en suspens.

Au coin d’une rue Parisienne, chaussée de patins à roulettes et coiffée d’un casque de walkman, cette gamine délurée de 11 ans fonce droit vers l’aventure. La star d’Astrapi, c’est elle : Marion Duval !

Avec sa coupe de cheveux façon « bob » qui rappelle une certaine « Zazie dans le métro », notre jeune héroïne a du style. Amatrice d’opéra et de musique classique (elle joue du violon), elle dévore les magazines de mode et les films avec Audrey Hepburn (son actrice préférée).
Son adresse n’est pas le 36 rue des Labrador mais le 13 rue Gustave Doré. Elle y demeure avec son père, Alexandre, journaliste-photographe au Superhebdo, un canard à sensation. Toujours à l’affût de faire un scoop, quitte à se déplacer aux quatre coins du monde, il se coltine souvent sa fille, déterminée à ne pas rester seule à l’appartement pendant que son père part en vadrouille.

marion duval scarabée bleu

Parfois c’est l’aventure qui vient les chercher. A commencer par une scène de kidnapping dans « Marion Duval et le scarabée bleue », le tout premier volume, qui introduit les géniaux personnages de Fil et Esther. Marion et son père, Alexandre, sont entrés en possession d’un bijou volé, le scarabée bleu; bijou convoité par Esther Egonovna, une aventurière cleptomane (elle adore les bijoux), ambiguë, sentimentalement instable (trois maris au compteur) et diaboliquement séductrice. Celle-ci décide de détenir Marion et Alexandre afin qu’ils leur remettent le larcin. Mais prise d’une soudaine sympathie pour ses otages -elle-même a un fils du même âge que Marion, Philibert dit « Fil »- elle décide de les traiter en « invité ».
Fil et Marion vont ainsi faire connaissance, le premier rêvant d’une vivre une vie de citadin normal (être ballotté de manoirs en villas, se farcir les livres et échapper aux amants jaloux de sa mère, c’est pas toujours l’extase) et la seconde aspirant à une vie plus trépidante. Au fil des aventures (hi hi!), la famille Duval va souvent se retrouver mêlée aux affaires pas toujours très nettes d’Esther (jusqu’en en Grèce ou en Afrique).

planche_marion_duval6_1106827481_c9130Au début de sa parution, Marion Duval fait encore très « hors du temps ». Les intrigues, souvent policières, sont bien construites et surprenantes de maturité. Loin des histoires policées, le scénario nous introduit dans l’univers du film noir, avec ses types, son langage et ses références. On pense notamment à Tardi ou aux films de Jean-Pierre Melville.

Selon moi, les meilleurs albums de Marion Duval sont ceux dans lesquels Fil et Esther figurent : « Attaque à Itaque », « Un croco dans la Loire », « Un train d’enfer ».

Le Saviez-Vous ?
Encore de nos jours, les aventures de Marion Duval paraissent. On peut les trouver à la FNAC dans des versions rééditées et actualisées.
Les dessins et les couleurs sont plus modernes et « punchys ». Marion a désormais un portable bien qu’elle n’a pas grandi d’un iota.

  • menelik
    Publicité chocolats Treets
    Gâteau Yes des années 80
    tang

  • Widget not in any sidebars
    Loading Facebook Comments ...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Merci de compléter le CAPTCHA. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    ↓