Fantasia

mickey dans fantasia de Disney

Nouveau culte du dessin animé sur le blog avec Fantasia. Je n’ai découvert que très récemment le film, et je n’ai pas beaucoup aimé. Il est vrai que je ne suis pas plus amateur que ça de musique classique, mais au-delà de ça je me suis interrogé sur l’apport des images au son. Walt Disney voyait là une initiation à la musique classique pour les plus jeunes, mais je me demande si les enfants ne s’ennuient pas simplement en regardant Fantasia. Si vous l’avez découvert étant enfant, votre avis m’intéresse en commentaire. Bien sûr c’est très joli, et le passage le plus emblématique reste Mickey dans « L’apprenti Sorcier ». On regrettera juste que les autres séquences soient plus dans le ressenti que dans la scénarisation. Fantasia est le troisième film d’animation des studios Disney, il sorti à la fin de l’année 1940. Sa production a été lancée peu après Blanche-Neige et les Sept Nains (1937) en parallèle de Pinocchio. C’était le film d’animation le plus cher à l’époque (près de 3 millions de dollars quand aujourd’hui ils peuvent dépasser les 100).

Le film a toujours eu ce côté expérimental avec de la musique classique et à l’image une scène censée illustrer ou accompagner ces grands airs du patrimoine mondial. À l’exception de Mickey et du narrateur qui parlent, il n’y a pas de dialogues dans Fantasia. Le film est accompagné de 8 extraits musicaux : Toccata et fugue de Bach, Casse-noisette de Tchaïkovski, L’apprenti sorcier de Paul Dukas, Le Sacre du printemps de Stravinsky, Symphonie pastorale de Beethoven, La Gioconda de Ponchielli, Une nuit sur le mont Chauve de Moussorgski, L’Ave Maria de Schubert. La plupart des œuvres sont jouées par l’orchestre de Philadelphie sous la direction de Leopold Stokowski, initiateur du projet et dont l’orchestre est présenté en ombres chinoises.

Il faut préciser que Fantasia a été pensé par Walt Disney comme une série de films « méta » chacun devant illustrer une série de musiques classiques. Malheureusement le film n’eut pas grand succès à sa sortie ce qui empêcha d’aller plus en avant sur ce projet. Ce n’est que grâce à la volonté de Roy Disney, neveu de Walt, que le second volet intitulé Fantasia 2000, a pu sortir en 1999 (avec reprise du passage de l’Apprenti sorcier).

Fantasia hippopotame

Fantasia commence dans une salle de spectacle avec un rideau s’ouvrant dans la pénombre et des silhouettes de musiciens s’installant sur un bruit d’instruments qui s’accordent. Le narrateur accueille les spectateurs en expliquant les différents types de musiques ce qui éclaire certains types d’instruments et met leur sonorité en avant. Les trois genres sont la musique narrative, qui raconte une histoire, l’illustrative, qui évoque une ou des images, et la musique absolue, qui n’existe que pour elle-même. On voit dés le départ qu’il y a un fort attrait pédagogique dans le film qui veut désacraliser la musique classique.

Au départ l’idée d’un film musical vient de « L’apprenti sorcier » dont on réalise un court métrage autour du personnage de Mickey, un court mêlant musique, quasiment aucun dialogues, et scénarisation. Ce projet intrigue Walt Disney qui engage un musicologue pour aider à la conception d’un film entier utilisant ce procédé. C’est ce musicologue Deems Taylor qui est le narrateur que l’on voit dans le film.

Walt Disney et le chef d’orchestre Stokowski définissent avec Fantasia un nouveau type de film ou « spectacle cinématographico-musical évolutif ». Le projet de base est de ne pas présenter le film au cinéma mais dans des salles de concerts, et présenter à intervalles réguliers de nouvelles séquences, en enlevant celles ayant eu le moins de succès par la suite. Ce n’est que par la suite que le court « L’Apprenti Sorcier » est ajouté aux autres séquences, parce qu’il finit par coûter très cher pour un haut niveau de qualité.

Comme je l’ai dit plus haut je trouve le film assez austère pour un jeune public, c’est sans doute la raison pour laquelle il ne fonctionna pas – qui plus est Walt Disney le présenta dans un circuit itinérant dans des salles de spectacle avec un nouveau type de son (l’ancêtre du Dolby Stéréo), avant qu’il soit diffusé dans les salles « classiques ». Trop enfantin pour les adultes fans de grande musique, et trop conceptuel et abstrait pour les enfants ? Quoiqu’il en soit, votre avis sur le film nous intéresse en commentaires !

Si vous voulez, il reste une VHS sur Génération Souvenirs !

  • Publicité chocolats Treets
    menelik
    yes
    tang
  • tang
    menelik
    Publicité chocolats Treets
    yes
  • Loading Facebook Comments ...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Merci de compléter le CAPTCHA. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    ↓