Super Picsou Géant

Super picsou geant bd

Super picsou geant collection

De mes 10 à mes 18 ans, je prenais le train tous les 15 jours pour aller passer le week-end chez mon père. Férue de bandes dessinées, de jeux, d’humour et surtout de canards (bon d’accord, plutôt dans mon assiette), Super Picsou Géant était la lecture idéale pour agrémenter mes trajets en train. A raison de deux exemplaires par mois, pendant 8 ans, j’ai d’ailleurs amassé une sacrée collection que je conserve jalousement planquée sous mon lit. A chaque numéro, on retrouvait des personnages récurrents de la grande famille Disney. La célèbre souris, Mickey Mouse, se voyait confier quelques-unes des 196 pages de bande dessinée du magazine mais c’était les Duck qui étaient en vedette.

J’avais un véritable attachement pour Donald. Derrière son air bougon et sa tendance à la paresse, c’est un canard au grand cœur qui doit supporter une famille oh combien particulière et compliquée. Déjà, il a hérité on ne sait comment de la garde de ses trois castors juniors de neveux, qui curieux comme ils sont, ne lui laissent aucun répit. Il a choisi comme fiancée une canarde exigeante et snob qui veut toujours sortir dans des endroits chics alors que le pauvre Donald est sans le sou. On pourrait penser que son oncle Balthazar Picsou, riche comme crésus, qui ne vit que pour remplir son coffre de pièces d’or où se baigner, pourrait le dépanner un peu. Peine perdue, radin comme il est, il fait travailler son neveu pour trois francs six sous. Donald est maladroit et malchanceux quand son cousin Gontran Bonheur a une veine monstre, qui dégoutterait n’importe qui. Son autre cousin, Gus, mettrait en faillite n’importe quel restaurant offrant des buffets à volonté, tellement il est glouton. Enfin Popop…est-il vraiment nécessaire d’écrire quelque chose à ce sujet ?

super picsou geant poopoo

En plus de supporter cette famille de fous, Donald doit dealer avec de nombreux petits boulots, résoudre des énigmes et surtout agir dans l’ombre dans son costume de justicier Fantomiald. Bref, Donald est un héros, un vrai.

Ce que j’aimais aussi, en plus des mots fléchés en image et des énigmes, c’était les dix pages de rédactionnel humoristique au cœur du Super Picsou Géant. Avec un ton décalé, on nous parlait par exemple d’une destination au soleil en nous présentant les produits hors du commun à apporter avec nous. Brillant ! Popop trouvait toujours sa place dans cet univers loufoque.

Depuis j’ai grandi, et je suis passée à des lectures pour « grands » mais quand je prends le train, je regarde toujours avec nostalgie du côté des Super Picsou Géant. Vivement que j’ai des enfants afin de pouvoir en racheter !

  • tang
    menelik
    Publicité chocolats Treets
    Gâteau Yes des années 80
  • tang
    Publicité chocolats Treets
    menelik
    Gâteau Yes des années 80
  • Loading Facebook Comments ...

    Pas de réponses

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Merci de compléter le CAPTCHA. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    ↓