Loïs Andrea – In

cd-lois-andrea

En 1998 débarque d’on ne sais où, une petite blondinette sexy et pétillante avec un titre mêlant habilement Dance et R’n’B. La chanteuse Loïs Andrea nous fait découvrir son premier single, sobrement intitulé « In ». Un brin provocatrice, cette jeune femme au visage d’ange et aux formes pulpeuses met un pied dans la marre en s’attaquant courageusement au machisme ambiant et prônant par la même occasion une sorte de Girl Power à la française !

Le clip est plutôt minimaliste : aucun décor, quelques pauvres loupiotes en guise d’éclairage, 3 danseurs et .. c’est tout ! Plus sobre, tu meurs. Les paroles en revanche sont loin de nous laisser indifférents !

« In, si tu joues le jeu. Je dis stop, là tu triches un peu. Up get up reprends-toi. Down, tu me déçois. »

La demoiselle annonce clairement la couleur : c’est elle qui mène la danse et la gente masculine a plutôt intérêt à marcher droit.

Puis plus tard, elle insiste :

« In, si tu joues le jeu. Je dis stop si tu vas trop loin. Up get up viens vers moi. Down, restons-en là. »

Ne serait-elle pas un peu girouette des fois ? Non mais franchement, faudrait savoir ce qu’elle veut !

Un peu coquine et séductrice, elle n’hésite pas à multiplier les sous-entendus olé olé « Laisser libre cours à l’envie, à nos jeux interdits ». A moins qu’il serait ici question d’une partie de pétanque ou de chat perché ? Le mystère reste entier.

Usant machinalement du franglais tout au long de sa chanson comme lorsqu’elle déclare fièrement : « Libres de nos choix, nobody nous jugera » (comprenez « Libres de nos choix, personne ne nous jugera »). La chanteuse n’a peur de rien. Elle casse les codes. C’est fun, c’est branché, tout est décidément permis avec Loïs !

lois andrea chanteuse

« Prince de mes nuits, J’en rêve à l’infini… »

Comme si cela ne suffisait pas, elle ne trouve rien de mieux à faire que de s’afficher ostensiblement en tenue légère laissant apparaître son petit bidon. Sourire ultra bright, cheveux au vent, on se croirait dans une pub pour un dentifrice !

Sa chorégraphie quant à elle est des plus basique puisque hormis un petit déhanché sensuel et suggestif, elle se contente de tourner autour de la caméra en essayant de nous envoûter de son regard bleu azur. Du haut de mes 15 ans, je me souviens être entré instantanément en émoi à la vue de cet « ange tombé du ciel ». Blanc, couleur d’innocence et de pureté ? Mouais…

Je ne fut vraisemblablement pas le seul à succomber à son charme car le titre arriva tout de même à la 22ème place du classement français : Loïs est « in da place » !

L’année suivante elle reviendra avec un titre encore plus pêchu et subversif : « Duo ». Cela donnera lieu si vous êtes sages à un prochain article du même acabit. Et croyez moi, il y aura de quoi dire !

En attendant, je vous laisse savourer, en guise de friandise, ce petit bonbon sucré qui se mange sans faim…

  • menelik
    Gâteau Yes des années 80
    tang
    Publicité chocolats Treets

  • Widget not in any sidebars
    Loading Facebook Comments ...

    Pas de réponses

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Merci de compléter le CAPTCHA. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    ↓