Viens au pays des Schtroumpfs…
si t’es un drogué !

Les Schtroumpfs

Ah ! Ce que j’ai pu aimer ces petits êtres bleus imaginés par le dessinateur belge Peyo au cours des années 80. Ils étaient si trognons avec leurs petites bouilles d’ange ! Mais malgré l’ardeur qu’ils mettaient à cacher leur véritable personnalité, difficile de nier l’évidence : les Schtroumpfs étaient tous des camés…

Déjà, le fait qu’ils vivent la majorité de l’année en pantalon de pyjama, bonnet de nuit et torse nu nous mettait la puce à l’oreille. Ensuite, le choix d’habiter dans des champignons ne pouvait décidément pas être anodin. Et puis, quand on optait pour le milieu de nulle part pour installer son village, c’est qu’on avait forcément quelque chose à cacher. En plus, ils parlaient une langue complètement Schtroumpf prouvant qu’ils devaient bien avoir quelque chose qui ne tournait pas vraiment rond dans le Schtroumpf, non ? Et enfin, la salsapareille, ça ne vous rappelle rien ?

La salsepareille de Gargamel

Lorsqu’on les observait individuellement, cela ne faisait que renforcer cette déduction :

  • Le grand Schtroumpf,  le chef du village, était un vieillard qui se prenait pour un scientifique et qui n’avait toujours pas compris que le déguisement du père Noël, c’était juste pour le 24 décembre…
  • La Schtroumpfette avait dû subir une opération de chirurgie esthétique avant d’être acceptée par les hommes (les machos quoi !). En tant que seule femme du village, il fallait bien qu’elle prenne quelque chose pour assurer avec ses 101 compagnons sans perdre le sourire.
  • Le Schtroumpf Gourmand passait son temps à bouffer. Si ce n’était pas une des conséquences directes de la fumette ça ?
  • Le Schtroumpf Costaud, beauf au possible avec son tatouage en cœur sur le biceps, pouvait soulever des rochers dix fois plus lourds que lui. Sans rien prendre ? Attends, on ne me la fait pas !
  • Le Schtroumpf Farceur trippait drôlement mal par contre : il devenait pyromane et cela le faisait marrer
  • Le Shtroumpf Grognon, ce dépressif chronique, devait être le seul à ne rien prendre ! Selon moi, c’était l’infirmier dans ce village de fou. Ou un surveillant…

Dans le rôle du méchant sorcier qui vient mettre du sel (de la coke oui) dans la vie des Schtroumpfs, nous trouvions Gargamel. Ce vieux garçon qui vivait avec son chat Azrael, qui je vous le donne dans le mille avait la particularité d’être roux, avait pour obsession de se faire une soupe aux Schtroumpfs. Comme si cela allait résoudre tous ces problèmes. Enfin c’est vrai qu’une soupe avec plein de petites créatures complètement faites, ça doit bien vous transporter pour un moment !

En fait, les Schtroumpfs, c’était un programme de prévention à destination des enfants pour leur présenter les dangers de la drogue. Très subtil et très bien fait. On se serait presque cru devant un véritable dessin animé…

Schtroumpfs Dance

  • tang
    Gâteau Yes des années 80
    Publicité chocolats Treets
    menelik

  • Widget not in any sidebars
    Loading Facebook Comments ...

    Pas de réponses

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Merci de compléter le CAPTCHA. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    ↓