Madame Doubtfire

madame-doubtfire

Qui dit décennie 90, dit de nombreux succès cinématographiques. Dans le lot : « Madame Doubtfire » de Chris Columbus paru en 1993. Qui se souvient de ce blockbuster, qui a marqué toute une génération, en devenant culte ?

Cette comédie qui comprend en vedettes : Robin Williams, Sally Field, Pierce Brosnan ou encore Matthew Lawrence, contait l’histoire de Daniel, un acteur cool, mais parfois immature, qui perd la garde de ses enfants après son divorce. Ne pouvant point le supporter, il décide donc de se transformer, avec l’aide de son frère prothésiste et de son beau frère transformiste, en une femme gouvernante prénommée Madame Doubtfire, afin de remédier à la situation…Y parviendra-t-il ?

Tout d’abord, la 1ère chose que les gens ne savent pas, c’est que ce film est tiré du roman « Quand papa était femme de ménage », écrit par Anne Fine, qui fut commercialisé en 1987.

À part ça, ce récit qui est étiqueté comme étant une comédie, en partie grâce au génie magistral de Robbie Williams, qui passe d’homme à femme en un claquement de doigts, me touche sur plusieurs points, car je le trouve subtil, tout en étant psychologiquement excellemment bien écrit grâce aux thèmes qu’il aborde.

Entre le divorce et ses conséquences telles que : la séparation bien vécue par la mère, mal perçue par le père ou bien les enfants, le changement de vie pour tous (la garde alternée), l’arrivée d’étrangers, en l’occurrence d’une gouvernante et un nouveau compagnon pour la mère dans la vie des enfants ce qui les déstabilisent, la place de l’homme et de la femme dans le couple, deux visions de l’éducation à inculquer aux enfants (du point de vue du père, de la mère, sans oublier celle plus tard de la gouvernante), le rapport homme/femme quand Daniel est homme et/ou Madame Doubtfire, l’amour toujours présent de l’ex mari envers Miranda, le combat d’un homme pour retrouver sa dignité et un emploi, mais surtout qui est prêt à tout, même à braver la loi pour voir un peu plus ses enfants (ce qui est héroïque de sa part), sont absolument criants dé vérité, voire bouleversants. De ce fait, ça pose les questions suivantes : Que serait-on prêt à faire par amour, mais surtout pour ses propres enfants ?

Ces questions existentielles, qui parlent surtout de la place juridique du père après un divorce, nous montrent à quel point le sujet est bien traité, aussi bien sur le fond, que sur sa forme. Tout cela fait de ce récit, une comédie émouvante, qui fait réfléchir, ce qui est trop rare pour être souligné !

Il suffit juste de regarder les heures de maquillages, l’humour octroyé, les thèmes sociétaux, qu’elle aborde, sans oublier les différentes gestualités, accents et mimiques de Robbie Williams, qui sont aussi magiques que phénoménales, tout en faisant référence  au film « Tootsie » de 1982 par son histoire qu’il véhicule, pour se dire que : « oui », dans les années 90, les chefs d’œuvres peuvent être aussi des comédies ! Il suffit juste de bien regarder ce qui se cache en dessous, pour en avoir la preuve ! Et c’est pour toutes ces raisons que ce film est devenu culte !  Et rien que pour çà, je vous le recommande !

Et vous, quels souvenirs gardez-vous du film « Madame Doubtfire » ?

Bande Annonce – Madame Doubtfire

Merci à RémyR pour ce souvenir.

  • Publicité chocolats Treets
    menelik
    Gâteau Yes des années 80
    tang

  • Widget not in any sidebars
    Loading Facebook Comments ...

    Pas de réponses

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Merci de compléter le CAPTCHA. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    ↓