Rémi sans famille

remi sans famille

Si on le compare à celui de Rémi sans famille, le destin de princesse Sarah semble facile, pour ne pas dire agréable et joyeux.

Fidèle adaptation du roman d’Hector Malot « Sans famille », paru en 1878, le dessin animé relate l’histoire d’un garçonnet de huit ans à la fin du XIXeme siècle.

Enfant trouvé, Rémi est recueilli par un couple d’auvergnats et mène une vie à peu près paisible, jusqu’au jour où son père adoptif, Jérôme, est victime d’un accident de travail. De retour chez lui après une convalescence éprouvante, Jérôme affiche un visage dur et résolument hostile. Aigri et haineux, il n’a plus qu’une seule idée en tête, se débarrasser de Rémi qui ne représente plus pour lui qu’une bouche supplémentaire à nourrir.

Vendu à un saltimbanque pour quelques sous, Rémi intègre une troupe de comédiens composée de trois chiens (Capi, Zerbino, Dolce), d’un singe (Joli-Cœur) et présidée par Vitalis (le saltimbanque).

Par chance, Rémi est cette fois-ci très bien tombé. Vitalis le considère comme son propre fils et lui apprend la lecture et le calcul. Il lui enseigne les rudiments de son métier d’artiste de rue et lui fait parcourir la France. Rémi s’intègre parfaitement à la troupe et entretient d’excellents rapports avec chiens et singe. La situation va cependant dégénérer pour atteindre un point de non-retour. Envoyé en prison, Vitalis est contraint d’abandonner Rémi et les animaux à leur triste sort. Cette période difficile connaît un dénouement à peu près heureux, puisque finalement relâché, Vitalis peut reprendre du service quelque temps plus tard. Mais le sort s’acharne sur la petite troupe et les éléments vont unir leurs forces pour précipiter tous les protagonistes vers le chaos. En premier lieu, Zerbino et Dolce vont être dévorés par des loups. Atteint d’une pneumonie, l’adorable singe Joli-Cœur connaît une longue agonie. Se sachant inguérissable, il n’en demeure pas moins courageux et volontaire jusqu’au bout, soucieux d’assurer le spectacle vaille que vaille par loyauté envers la troupe. A bout de forces, Joli Cœur s’éteint dans son costume de travail (veste à dorures et képi rouge), pour le plus grand malheur de ses proches. Peu de temps après, Vitalis, pris dans une tempête de neige, se sacrifie pour protéger Rémi et meurt de froid sous le regard désespéré de son protégé.

Par la suite, Rémi retrouvera sa mère biologique, Mme Milligan et se fera des amis, Mattia et Lise.

Mais se remet-on jamais de la perte d’un mentor et de la disparition prématurée d’un singe à nul autre pareil ?

Retrouvez les aventures de Rémi sans famille en coffrets DVD sur notre site !

dvd Rémi sans famille

  • yes
    tang
    Publicité chocolats Treets
    menelik
  • menelik
    Publicité chocolats Treets
    yes
    tang
  • Loading Facebook Comments ...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Merci de compléter le CAPTCHA. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    ↓