L’Agence tous risques

agence-tous-risques

« Accusés d’un vol qu’ils n’ont pas commis, n’ayant aucun moyen d’en faire la preuve, ils fuient sans cesse devant leurs poursuivants. Pour subsister, ils emploient leurs compétences. Si la loi ne peut plus rien pour vous, il vous reste un recours, un seul : l’Agence tous risques ».

Ma série favorite des années 80. Quatre anciens soldats de l’armée américaine, que tout ou presque oppose sauf leur goût pour la justice, mettaient en commun leurs compétences pour venir au secours des personnes dans le besoin.  La recette du succès ? De l’action, des situations improbables, des plans complètement loufoques, de l’humour. Et surtout l’ingrédient principal, qui faisait que la mayonnaise prenait, c’était ces robins des bois modernes et leurs caractères bien trempés.

J’ai cité :

Barracuda, un grand black couvert de bijoux en or, le mec que tu préfères avoir comme ami que comme ennemi. Il prend les coups comme personne et quand il t’en met une, tu voles ! Par contre, lui, il n’aime pas du tout voler si tant et si bien que les trois autres loulous sont obligés de le droguer à chaque fois qu’ils ont un avion à prendre. Très attaché à son bébé, un van noir, que personne ne doit toucher et surtout pas Looping, c’est un super mécanicien (et il vaut mieux parce que le bébé, il souffre parfois !).

Looping, sans doute surnommé ainsi par rapport à sa manière de piloter car même si aucun objet à ailes n’a de secrets pour lui, son style est assez personnel. Il vaut mieux éviter d’être malade en avion quand on monte avec lui. Il parle je ne sais pas combien de langues et se met dans la peau d’un nouveau personnage (il l’habite) à chaque épisode. Nous rappelant combien il a sa place dans un hôpital psychiatrique quand il n’est pas en mission…

Futé, le Huggy les bons tuyaux de la troupe, qui dégotte tout ce qui est nécessaire – matos, renseignements, papiers – aux opérations de l’agence. Séduisant, ce beau parleur aime les femmes qui le lui rendent bien… A part avec elles, il évite les contacts physiques en mission.

Et puis Hannibal, chef des « huns » et des autres, qui aime qu’un plan se déroule sans accroc et savoure dès qu’il le peu un bon cigare. Il se sort toujours de situations improbables grâce à son esprit stratégique. Je ne sais pas le nombre de déguisements qu’il a endossé au cours de la série mais beaucoup semble une approximation correcte. Je pense notamment à la fois où il se déguise en propriétaire de restaurant irlandais qui cite à longueur de temps son paternel et énonce des proverbes d’une autre époque.

J’ai été contente de retrouver ces quatre personnages rajeunis sur grand écran en 2010 rajeunis avec dans le rôle de mon chouchou Futé le beau Bradley Cooper et je me régale devant la série tous les après-midi sur HD1. Pour les plus impatients, vous pouvez aussi les commander en cliquant ici.

  • Gâteau Yes des années 80
    Publicité chocolats Treets
    tang
    menelik
  • Publicité chocolats Treets
    tang
    Gâteau Yes des années 80
    menelik
  • Loading Facebook Comments ...

    Pas de réponses

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Merci de compléter le CAPTCHA. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    ↓