Kirikou et la Sorcière

kirikou-sorciere

Dans l’univers de Kirikou on se retrouve dans un conte intemporel, au milieu d’un village dans l’Afrique de l’ouest. Kirikou est un petit garçon qui va vivre de nombreuses aventures, un petit garçon un peu hors norme puisqu’il parlait déjà dans le ventre de sa mère et s’enfante seul (et il est rikiki). Soudain le village est frappé par Karaba, une puissante sorcière qui lance une malédiction et provoque l’effroi grâce à une armée de fétiches doués de vie. Le puit du village est asséché et les hommes disparaissent. Kirikou décide d’aider le village et veut savoir pourquoi Karaba est méchante.

kirikou

Mais tous les hommes étant partis pour combattre la sorcière ne sont jamais revenus, et on dit qu’elle les aurait dévoré. Alors qu’il vient de naître, Kirikou aide son oncle en lui prodiguant des conseils, caché sous son chapeau, alors qu’il veut affronter Karaba. Celle-ci est dupée et pense que le chapeau qui parle est magique, elle promet de laisser le village en échange. Mais bien sûr elle finit par se rendre compte qu’elle s’est fait rouler et reprend son entreprise de terreur et demande aux femmes du village de lui donner tout leur or. Elles s’exécutent mais l’une d’elle garde un bijou, ce dont les fétiches se rendent compte : ils brûlent sa maison (et les villageois n’ayant plus d’eau, il ne peuvent éteindre l’incendie)…

Kirikou et la Sorcière est un petit bijou d’animation français, belge et luxembourgeois qui est sorti en 1998 et réalisé par Michel Ocelot. Ce dessin animé est adapté d’un conte africain qui narre les exploits de Kirikou, un petit garçon minuscule mais qui déborde d’ingéniosité, d’intelligence bien avant sa naissance et une générosité incroyable. Tout le scénario, la direction artistique visuelle mais aussi la musique et les doublages, est un hommage à la culture de l’Ouest Africain.

kirikou

C’était le premier long de son réalisateur, et un succès critique et commercial incroyable assez inattendu (le film est une production indé, peu chère, sortant de petits studios et pas d’une immense machine hollywoodienne) et finira à plus d’un million et demi d’entrées en France. Kirikou a inspiré l’industrie française de l’animation, et notamment le financement de nombreux films animés au cours des années suivantes. Il a montré que l’animation française pouvait être rentable pour un prix très raisonnable (le film n’a coûté « que » 3,5 millions d’euros).

Devant ce succès, une suite a même été produite, intitulée Kirikou et les Bêtes sauvages, sortie en 2005, et un troisième film en 2012 Kirikou et les Hommes et les Femmes. Ces suites ont la particularité de prendre place pendant les événements du tout premier film, en racontant d’autres intrigues. Kirikou a été tellement populaire qu’il a également donné lieu à des livres pour les plus jeunes, des documentaires et aussi un jeu vidéo.

J’aime beaucoup Kirikou qui est un conte absolument magnifique dans sa forme et très intéressant dans son fond, il parle vraiment à toute la famille des petits aux grands. Il y a une vraie poésie dans ce film, de l’humour et de l’émotion aussi. Bref si vous ne l’avez jamais vu, je vous le recommande au plus haut point comme l’un des films cultes des années 90. Et pour les autres, n’hésitez pas à venir partager vos souvenirs en commentaire !

Bande annonce – Kirikou et la Sorcière

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de compléter le CAPTCHA. *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

↓