Jeanne et Serge

jeanne et serge generique

Dans la lignée des Laura (Nicky Larson) des Patty (Olive et Tom) et pourquoi pas des Mel C (Spice girls), Jeanne Hazuki est une fille de caractère qui bastonne plus qu’elle ne pleure et crie plus qu’elle ne susurre. Dès son arrivée dans son nouveau lycée de Tokyo, Jeanne annonce la couleur en réglant son compte à un chef de gang (Saburo Tazaki) qui avait tout l’air de vouloir lui manquer de respect. Après deux trois pirouettes dans un arbre Jeanne redescend de son perchoir façon ouistiti et lui décoche un coup de pied magistral en pleine figure. Cette mise au point initiale lui vaut par la suite le dévouement inconditionnel de ce chef de gang (doux comme un agneau dans le fond), qui sera son plus fervent supporter dans les gradins et ce, jusqu’à la toute fin de la série.

Ses prédispositions au combat puis au sport en général lui valent d’être rapidement remarquée dans son lycée par l’entraîneur de l’équipe de volley. Si Jeanne se montre au début relativement peu intéressée par ce sport, elle change radicalement d’avis lorsque son regard croise celui de Serge Serge Serge, membre de l’équipe masculine de volley. Dès lors elle n’a plus qu’une idée en tête: séduire le ténébreux jeune homme qui n’a pourtant, il faut bien le dire, pas l’ombre d’un sujet de conversation.

jeanne et serge

Qu’importe, Jeanne est prête à faire feu de tout bois pour s’attirer les bonnes grâces de la coqueluche du lycée car pour elle le monde est là, dans les yeux de Serge Serge Serge.

Pour cela, elle accepte d’intégrer l’équipe des Seven Fighters (ça ne se refuse pas de toute façon) et de subir les multiples dérapages de M. Daimon – un entraîneur détraqué qui frappe les joueuses à qui mieux mieux – ainsi que les rivalités de vestiaires en particulier avec son ennemie jurée Marie Takygawa, une fille aux cheveux rouges qui excelle au volley. Jeanne de son côté atteint un niveau exceptionnel puisqu’elle maîtrise désormais le service « boulet de canon ».

La jeune fille peut compter sur un environnement familial à peu près stable puisque son père et son petit frère Sunny l’encouragent dans son parcours. On ne peut pas en dire autant de sa mère Kyushi Tajima, une ex championne de volley qui l’a abandonnée enfant pour devenir journaliste sportive. Le hasard faisant bien les choses, elle sera celle qui commentera chacun des matchs auxquels Jeanne participera. Remarquant le talent de sa fille, elle acceptera finalement de lui révéler sa véritable identité.

Le cercle rapproché de Jeanne compte également Peggy, une joueuse aux cheveux bleus qui s’avère plus raisonnable que Jeanne mais dont elle se méfie à l’occasion, car elle la soupçonne d’avoir des vues sur son grand amour.

jeanne et serge équipe

Quant à ce dernier, est-il oui ou non intéressé par Jeanne ? La trame du dessin animé reposant sur cette histoire, la question mérite d’être sinon résolue, au moins soulevée.

Tout au long du manga, le jeune homme n’aura de cesse de répéter qu’il ne veut pas qu’une histoire d’amour altère leurs carrières respectives. Tout en freinant des quatre fers pour ne surtout rien entreprendre de sérieux avec Jeanne, il lui laisse cependant entendre qu’il éprouve pour elle des sentiments amoureux. Une manière de ne dire ni oui ni non, couci couça, pas mettre la charrue avant les boeufs etc etc qui lui permettra de s’extraire d’une situation pesante.

Si pour Jeanne ces atermoiements répétés semblent êtres les prémices d’une belle histoire d’amour, ils sont pour le téléspectateur plus averti un signe avant coureur de ce que l’on appelait dans les années 80 un râteau.

On ne vous fera pas l’offense de vous réexpliquer ce qu’est un râteau, vous ne le savez que trop bien…

Si vous souhaitez vous refaire une séance de Jeanne et Serge, pèpère, confortablement installé dans votre canapé, vous pouvez vous procurer l’intégrale en coffret DVD sur notre site !

En attendant, place au magnifique générique en mode karaoké qui va rentrer dans votre crâne et y rester jusqu’à demain matin, ou plus si affinités… Merci qui ?

Le saviez-vous ? Le dessin animé connut un tel succès dans les années 80 que les clubs de volley ball furent littéralement envahis de jeunes bambins se prenant pour Jeanne Hazuki. La mode s’estompa peu à peu avec la fin de la série.

  • Publicité chocolats Treets
    tang
    Gâteau Yes des années 80
    menelik
  • tang
    menelik
    Publicité chocolats Treets
    Gâteau Yes des années 80
  • Loading Facebook Comments ...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Merci de compléter le CAPTCHA. * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

    ↓